DSMDE
Acheter une maison en solo pendant une procédure de divorce : Comment faire?
Acheter une Maison solo durant un divorce: ce qu’il faut savoir.

En France, lorsque vous êtes séparée mais pas encore officiellement divorcée et que vous souhaitez acheter une maison seule, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Dans cet article, nous aborderons les trois principaux aspects à considérer lors de l’achat d’un bien immobilier durant une procédure de divorce : l’aspect juridique, l’aspect notarié et la capacité des banques à prendre le risque de prêter dans une telle situation.

Aspects juridiques : contrats de mariage et communauté

Premièrement, il est essentiel de comprendre les conséquences du contrat de mariage sur la communauté. En effet, selon le type de contrat souscrit lors de l’union, les biens acquis durant le mariage peuvent être soumis à différents régimes matrimoniaux :

  • La communauté réduite aux acquêts : les biens acquis avant le mariage restent personnels, tandis que ceux obtenus après constituent la communauté.
  • La communauté universelle : tous les biens possédés par les époux, même ceux acquis avant le mariage, sont considérés comme communs.
  • La séparation de biens : il n’y a pas de communauté, chaque époux conserve la propriété de ses biens individuels.

Il est donc primordial de vérifier le régime matrimonial applicable dans votre situation afin de déterminer si l’achat d’une maison seule est envisageable sans l’accord de votre conjoint.

Les droits des époux sur le bien immobilier en cas de divorce

Selon le régime matrimonial, les droits de chaque époux sur le bien immobilier peuvent varier. Par exemple, dans le cas d’un régime de communauté réduite aux acquêts, si la maison est achetée durant la procédure de divorce et est financée par des fonds communs, elle sera considérée comme un bien commun, même si l’autre conjoint n’a pas participé à l’achat. Ceci peut entrainer un partage du bien lors de la liquidation du régime matrimonial, au cours duquel il faudra évaluer la valeur de la maison afin de fixer le prix de vente.

Aspects notariés : impacts sur le partage futur de la communauté

L’achat d’une maison seule pendant une procédure de divorce peut également avoir des conséquences sur le partage futur de la communauté. En effet, selon le régime matrimonial, les biens acquis avant la dissolution totale de la communauté pourront être inclus dans cette dernière.

C’est pourquoi il est nécessaire de consulter un notaire lorsque vous envisagez d’acheter un bien immobilier durant une procédure de divorce. Ce professionnel pourra analyser votre situation et vérifier que l’achat est conforme à la législation applicable.

Recourir à une SCI ou à l’indivision pour acheter un bien immobilier pendant une procédure de divorce

Dans certaines situations, recourir à une société civile immobilière (SCI) ou à l’indivision peut s’avérer une solution intéressante pour faciliter l’achat d’un bien immobilier pendant une procédure de divorce. Cependant, il convient de se renseigner auprès d’un professionnel du droit afin de déterminer si cette option est adaptée à votre cas particulier et ne présente pas de risques financiers. En effet, chaque structure a ses avantages et inconvénients qu’il faut étudier soigneusement.

L’accord préalable du conjoint et la capacité des banques à prendre le risque

Dans certaines situations, il est possible d’acheter un bien immobilier sans l’accord préalable du conjoint. Néanmoins, cela dépendra du régime matrimonial applicable ainsi que des conditions requises par les organismes de financement.

Les banques peuvent hésiter à accorder un prêt immobilier durant une procédure de divorce en raison des incertitudes liées à la situation financière des deux époux. Pour pallier ces réticences, il peut être judicieux de se tourner vers des solutions alternatives telles que le prêt-relais, qui permet d’emprunter pour acheter un nouveau logement tout en attendant la vente de son ancien bien, ou encore le crédit hypothécaire, qui consiste à mettre en garantie un bien immobilier déjà possédé.

Certains établissements financiers proposent également des produits spécifiques aux personnes divorcées ou en cours de séparation, tels que des offres de prêt modulables en fonction des changements de situation. N’hésitez pas à comparer les différentes solutions pour choisir celle qui répond le mieux à vos besoins.

Protéger ses intérêts lors de l’achat d’un bien immobilier pendant une procédure de divorce

Pour éviter les complications et protéger ses intérêts lors de l’achat d’un bien immobilier durant une procédure de divorce, il est vivement recommandé de solliciter les conseils de spécialistes en droit matrimonial ainsi qu’en gestion de patrimoine. Ces professionnels pourront vous orienter à chaque étape du processus et vous aider à prendre les informations légales et financières nécessaires pour effectuer votre achat en toute sécurité. Si vous êtes dans ce cas, n’hésitez pas a consulter une expert de Divorce/Séparation: mode d’emploi.